Les Bédée et l’ascendance maternelle de Chateaubriand

Maurice du Boishamon
Édition établie par Christophe Penot

Documents, arbre généalogique de 256 quartiers

Édition intégrale et critique de l’étude de Maurice du Boishamon (1891-1949), avec mises à jour inédites, établie par Christophe Penot, qui apporte nombre de révélations sur les aïeux de Chateaubriand, ceux-ci alliés aux plus vieilles maisons de Bretagne.

26,75 

« Adieu, mon oncle chéri ! Adieu, famille maternelle… Si vous me survivez, agréez la part de reconnaissance et d’affection que je vous lègue ici », s’écria Chateaubriand dans un célèbre chapitre des Mémoires d’outre-tombe. Une autre fois, songeant aux heures passées à Plancoët chez Bénigne de Bédée, sa grand-mère maternelle, il fit cet aveu qui compta dans sa vie : « Si j’ai vu le bonheur, c’était certainement dans cette maison ». En clair, durant toute sa jeunesse, Chateaubriand a trouvé dans son ascendance maternelle la fière gaieté qui fera de lui le fameux « bon garçon » dont Joubert a parlé. Il y a trouvé aussi le goût des grandes et nobles familles, car son aïeul, Jean de Bédée, paraissait déjà aux montres de Saint-Brieuc en 1424. C’est cette quête des racines et du nom que Maurice du Boishamon présente dans ce livre enfin réédité avec des mises à jour inédites.

Maurice DU BOISHAMON

Maurice du Boishamon (1891-1949), l’auteur, a toujours vécu au château de Monchoix où Chateaubriand, adolescent, passait ses vacances. Après de nombreuses recherches, il a établi cette généalogie capitale pour mieux comprendre l’écrivain et connaître les Bédée, l’une des plus vieilles familles de Bretagne.

Informations complémentaires

ISBN

,

Nombre de pages

Format

Couleur

,

Collection

Bibliothèque Chateaubriand

UGS : 2-84421-006-6 Catégories : , ,

Nos collections